Construire avec vous la santé de demain.
Actualité

Le service de radio-oncologie de l’Hôpital de La Tour se dote d’une nouvelle modalité de traitement anti-tumoral : l’hyperthermie superficielle

Publié le 22.01.21

L’hyperthermie consiste en un échauffement des tissus de la zone tumorale de 41 à 44°C. La technologie acquise à l'Hôpital de La Tour utilise à cet effet des micro-ondes de 434MHz. L’hyperthermie potentialise les effets de la radiothérapie, elle est donc indiquée en premier lieu dans les ré-irradiations notamment des tumeurs du sein ou de la sphère ORL récidivantes.

Cette augmentation de température durant une période donnée induit des lésions cellulaires et entraîne la mort (apoptose) des cellules tumorales. Des protéines de choc thermique émergent à la surface des cellules tumorales permettant leur reconnaissance par le système immunitaire qui les détruit. En augmentant la concentration de protéine dans le noyau cellulaire, l’hyperthermie empêche l’autoréparation de l’ADN des cellules cancéreuses.

Quels sont les avantages en combinaison avec la radiothérapie ? 

Les zones tumorales en hypoxie sont jusqu’à trois fois plus résistantes aux rayonnements ionisants. Stimuler la perfusion et l’apport en oxygène potentialise donc l’efficacité de la radiothérapie en augmentant les radicaux libres qui attaquent l’ADN des cellules tumorales. Les tissus sains avoisinants sont « refroidis » grâce à leur perfusion vasculaire normale et physiologique. 

Des études in vivo ont montré que l’hyperthermie peut augmenter jusqu’à 5 fois les effets de la radiothérapie. Elle est donc l’un des potentialisateurs les plus efficaces de la radiothérapie. 

Comment se déroule une séance d’hyperthermie ? 

Le médecin radio-oncologue positionne sur le corps, en regard de la zone à traiter, la ou les sondes qui vont émettre les micro-ondes responsables de la chauffe jusqu’à atteindre la température thérapeutique qui sera maintenue sur une durée de 30 à 60 min. La procédure n’est pas douloureuse grâce à un système de neuromodulation capable d’annihiler la sensation de chauffe.   

Les effets secondaires potentiels sont des manifestations cutanées, une somnolence et une envie d’uriner.

Dans les 5 à 15 minutes suivant la phase d’hyperthermie, le patient reçoit sa séance de radiothérapie. 
Les séances de radio-hyperthermie ont généralement lieu, 1 jour sur 2, pour un nombre total de séances qui varie d’un patient à l’autre. 

Dr Thomas Breuneval & Dr Ambroise Champion
Spécialistes en radio-oncologie et radiothérapie