Construire avec vous la santé de demain.
28.08.19

Aidez votre enfant à trouver le sommeil à la rentrée scolaire

Pédiatrie

Les vacances d’été sont souvent synonymes d’horaires de sommeil décalés et de prise d’alimentation irrégulière, comme nous l’évoquions dans notre article sur les pratiques alimentaires des enfants. La rentrée scolaire est l’occasion de retrouver un rythme de sommeil respectueux des besoins de votre enfant.    

Quelle est l’importance du sommeil pour les enfants ?

Le sommeil joue un rôle fondamental chez tout individu, et plus particulièrement chez les enfants. L’aider à trouver une bonne hygiène de sommeil, c’est aussi l’aider à se construire dans le respect de son cycle de repos. D'autant plus dans les moments délicats de changement de rythme, comme c’est le cas avec la rentrée scolaire et les impératifs d’horaires le matin. 

Chaque enfant possède en effet son propre rythme, fait de différents cycles et phases de sommeil : sommeil réparateur en début de nuit (repos, cicatrisation/construction des tissus, sécrétion hormonal) puis sommeil “rêveur” avec une activité mentale intense en fin de nuit. Respecter ce rythme est essentiel et influe directement sur la qualité du repos et le déroulement de la journée.   

Bien que les besoins de sommeil varient pour chaque enfant, il existe des tendances selon l’âge. Les enfants de 3-4 ans ont généralement besoin de 12-13 heures de sommeil. A 6 ans, l’enfant dormira plutôt 11 heures pour être bien reposé. Puis les heures de sommeil diminuent progressivement pour atteindre 8-9 heures vers les 16 ans. Dans la pratique, on observe des variations de plus ou moins 2 heures pour chaque tranche d’âge. 

Quelles sont les bonnes pratiques de sommeil pour les enfants ?

Même si l’heure de coucher influe sur le nombre d’heures de sommeil, il est surtout important de respecter le rythme de l’enfant et de mettre en place les conditions de repos idéales. En programmant une activité physique en début d’après-midi, puis un retour au calme progressif au fur et à mesure de la journée, vous préparez l’enfant à passer en “mode nuit”.

Les moments qui précèdent la nuit doivent être calmes, afin que le rythme de l’enfant ralentisse et que les signaux de fatigue puissent être écoutés. Toutes les activités excitantes, comme les jeux sur écrans (et plus largement l’utilisation des médias) sont à proscrire. Profitez de ce temps pour renforcer les liens de complicité avec votre enfant. 

Si votre enfant peine à s’endormir ou ne veut pas se coucher, ne lui donnez pas des somnifères ! Les médicaments ne sont pas des solutions aux “insomnies” et problèmes de sommeil. Ils peuvent compromettre les procédures qui s’organisent peu à peu dans le corps de l’enfant en développement pour équilibrer son sommeil, diminuent la qualité du repos et peuvent même provoquer un état d’agitation.

Réveiller son enfant au dernier moment le matin avant d’aller à l’école ou le coucher plus tard que d’habitude le week-end ne sont pas non plus des solutions. Le sommeil ne se décale pas. Chaque cycle de sommeil ‘’réparateur’’ et de sommeil ‘’rêveur’’ a son importance et la durée de ces cycles est différente entre le début et la fin de nuit. Pour cette raison, le prolongement du sommeil en fin de nuit ne permet pas de rattraper un endormissement tardif.
Alors, encore une fois le respect du rythme de sommeil de chaque enfant est la clef ! 

Votre enfant a des troubles du sommeil et vous avez besoin d’aide ?

Consultez en premier lieu votre pédiatre, qui fera une évaluation de la situation et vous conseillera au mieux sur les mesures à prendre pour l’aider à trouver un sommeil réparateur respectueux de son rythme. Nous vous rappelons que le service de pédiatrie de l’Hôpital de La Tour se tient à votre disposition. 

 

Dre Alexandra Tsouka, spécialiste en pédiatrie, membre FMH