10.01.2018
Le botox est, depuis longtemps déjà, connu dans le domaine de l’esthétique, il aide à détendre les muscles afin d’atténuer les rides. Récemment, grâce à cette propriété d’anti-contractant musculaire, la toxine botulique fait son entrée dans le traitement des hernies cicatricielles. Deux patients ont déjà bénéficié de cette technique à l’Hôpital de La Tour.

 

Une hernie cicatricielle, ou éventration, survient suite à une opération abdominale lorsque la suture au niveau de la paroi musculaire s'affaiblit progressivement et laisse peu à peu passer le contenu abdominal (graisse et intestin). Il convient dans ce cas, d’intervenir pour réparer la hernie afin d’éviter de trop graves complications. Si l’éventration est peu large, le médecin referme simplement avec une nouvelle suture en utilisant ou non un filet. Lorsque l’éventration est géante, des artifices doivent être utilisés pour la réparer. Ainsi, une technique consiste à poser un filet intrapéritonéal devant le trou. Ce dernier n’est donc pas refermé mais le filet empêche l’intestin de s’y engager. Le désavantage de ce procédé est d’insérer un corps étranger en contact direct avec l’intestin. Des adhérences peuvent se créer faisant augmenter le risque  d'occlusion et de difficultés en cas d’intervention d’urgence dans l’abdomen.

L’éventration peut également être traitée grâce à la section des attaches des muscles latéraux  permettant de gagner les quelques centimètres nécessaires à la fermeture. Le chirurgien renforce ensuite la zone à l’aide d’un filet, non pas intrapéritonéal mais posé sur la gaine postérieure des muscles et recouvert par le muscle et  la gaine antérieure. Cette méthode, bien que donnant de bons résultats, présente l’inconvénient d’affaiblir et de prétériter l'équilibre structurel abdominal original.

L’utilisation du botox dans le traitement des hernies cicatricielles constitue une alternative moins invasive à la section des attaches des muscles latéraux. En effet, la toxine botulique permet de gagner en relâchement musculaire et de pouvoir refermer l’éventration sans recourir à cette section. Le médecin procède sous échographie, à cinq injections de chaque côté dans les muscles abdominaux. L’effet maximum s’obtient trois ou quatre semaines après, c’est à ce moment qu’a lieu l’intervention chirurgicale. Une fois la hernie refermée, le chirurgien pose le filet comme dans la technique précédente. En outre, si l’éventration est vraiment trop large, le chirurgien peut décider de combiner la section des attaches latérales avec le botox.

À l’avenir, l’utilisation du botox pourrait devenir le choix de première intention pour le traitement des hernies cicatricielles de grande taille.

 

Dr med. Jean-Marie Mégevand, spécialiste en chirurgie viscérale, chirurgie générale et traumatologie