Naissances

Du côté de la maternité...

Détails

Nouvelle salle d'angiographie

Les thérapies endovasculaires se sont imposées depuis quelques années aussi bien dans la prise en charge des maladies vasculaires que dans le traitement des troubles du rythme cardiaque.

Ces techniques innovantes qui ont le plus souvent lieu sous anesthésie locale et en ambulatoire, permettent dans de nombreuses situations de sursoir à un abord chirurgical, et d’effectuer à l’aide d’une simple ponction des traitements équivalents à la chirurgie tout en diminuant de façon significative le temps d’hospitalisation.

Ces gestes peuvent être effectués soit par des cardiologues-rythmologues lorsqu’il s’agit de pathologies cardiaques à type de troubles du rythme, soit par un radiologue lorsqu’il s’agit des artères des jambes, de pathologies du système veineux ou encore de certaines maladies du foie.


Afin de pouvoir diriger son matériel en temps réel au sein des vaisseaux, le médecin opérateur utilise des rayons X dans une salle dédiée dite « salle de cathétérisme » ou « salle d’angiographie ». A l’aide d’un produit à base d’iode appelé produit de contraste ou à l'aide de systèmes de navigation tridimensionnelle, il peut effectuer une cartographie vasculaire et si besoin effectuer un traitement des lésions qu’il aura identifié dans le même temps opératoire. Ces traitements peuvent être par exemple des angioplasties, des poses de stents, ou encore des ablations de fibrillations ou de flutters auriculaires ou autres types d'arythmies cardiaques.


Ces salles d’angiographies ont comme toutes le nouvelles technologies connu un essor considérable ces dernières années tant sur le plan de la qualité des images générées et des aides aux traitements, que sur le plan de la sécurité notamment avec d’énormes progrès dans la réduction des doses de rayons X délivrées. C’est pourquoi un an après la salle de cathétérisme cardiaque, nous avons décidé cette année de refaire à neuf la salle de cathétérisme périphérique et d’ablation, afin de pouvoir bénéficier des dernières technologies disponibles. Nous espérons ainsi pouvoir proposer à tous nos patients les meilleurs traitements actuellement disponibles dans les meilleures conditions.

Dr Chan-Il Park 
Dr Pierre-Henri Morère

Centre de douleurs thoraciques

Chaque minute compte !

L’infarctus aigu du myocarde se manifeste souvent par une douleur thoracique inaugurale et représente un danger vital qui nécessite une prise en charge médicale immédiate. Il s’agit d’une véritable course contre la montre où chaque minute compte. Une intervention précoce permet en effet de prévenir les complications et de limiter les dommages causés par l’infarctus.

Lorsque vous appelez le 144 expliquez sans délai qu’il s’agit d’une urgence cardiaque afin que l’on vous envoie sur place une ambulance et un médecin. Ceci permettra l’utilisation des premiers médicaments et, si nécessaire, d’un défibrillateur pour traiter les troubles du rythme cardiaque. Une fois le patient pris en charge, il sera amené rapidement soit aux H.U.G. (rive gauche) soit à l’Hôpital de La Tour (rive droite). En fonction de la localisation géographique et des préférences du patient, le délai de transport le plus bref possible doit toujours rester l’élément déterminant dans le choix de l’hôpital. Les deux établissements genevois sont équipés de manière similaire pour faire face aux situations d’urgences cardiaques (centre d’urgences, soins intensifs, salle de cathétérisme disponible 7/7 j, 24/24 h, chirurgiens cardiovasculaires de garde).

Le Centre de douleurs thoraciques à l'Hôpital de La Tour est ouvert 7/7 j. et 24/24 h. Ses prestations sont accessibles à tous, indépendamment du type d’assurance (base et/ou complémentaire) et sont remboursées par l’assurance de base (LaMal).

Lire la suite