Construire avec vous la santé de demain.

Rupture du ligament croisé antérieur du genou (LCA)

Les ligaments*Un ligament est une petite bande de tissu conjonctif qui relie deux os entre eux dans une même articulation croisés antérieurs du genou servent au maintien de la stabilité du genou, en particulier lors des mouvements de rotation. En conséquence, leur déchirure entraîne immédiatement une limitation des capacités fonctionnelles de l’articulation. La rupture concerne le plus souvent un seul ligament, mais peut aussi concerner les deux. Elle est soit totale soit partielle.

Symptômes

Un bruit de craquement dans le genou suivi d’une douleur intense et, assez rapidement, d’un gonflement de l’articulation : voilà les signes caractéristiques d’une rupture de ligament croisé antérieur (LCA).

La blessure est toujours consécutive à un traumatisme (p.ex. chute à ski). Souvent, la personne est incapable de prendre appui sur la jambe du côté du genou blessé et peine donc à marcher normalement. De même, plier ou étendre complètement le genou peut s’avérer impossible.

Un saignement sous la peau risque de se produire en cas de blessure compliquée, avec apparition d’un « bleu » (hématome).

Causes de la rupture du ligament croisé antérieur du genou

Le plus souvent, la déchirure est due à un accident survenant lors d’une activité sportive : ski, football ou basket. La lésion se produit lors d’une torsion et coïncide généralement avec un brusque changement de direction ou avec une mauvaise réception d’un saut.

Facteurs de risque

Les sports impliquant des changements de direction fréquents sont ceux où le risque d’une rupture du ligament croisé antérieur (LCA) est le plus important. Typiquement, ce sont les sports de balle (basket, handball, tennis), le judo et, surtout, le ski alpin. En effet, lors de la pratique du ski, le genou est fortement sollicité du fait que le pied et la cheville sont contenus par des chaussures rigides.

Une gestuelle sportive inadaptée constitue un autre facteur de risque. Elle peut être due à la fatigue, à un entraînement insuffisant et/ou à une mauvaise condition physique. Lors d’une randonnée sur terrain vallonné, par exemple, un défaut d’équilibre et/ou de coordination induit des mouvements compensatoires inconscients qui exposent le genou à un risque de lésion ligamentaire.

Enfin, les femmes sont nettement plus sujettes que les hommes aux lésions des ligaments croisés antérieurs du genou, ce qui s’explique par des différences musculaires, mais aussi hormonales (risque augmenté juste avant l’ovulation).

Traitement de la déchirure du ligament antérieur croisé du genou

Aussitôt après l’accident, il faut précéder de la façon suivante :

  • immobiliser le genou avec une attelle, une genouillère ou au moins un bandage adhésif,
  • refroidir l’articulation avec de la glace,
  • administrer des antidouleurs,
  • en cas d’épanchement important et douloureux, effectuer une ponction articulaire*Acte médical au cours duquel une aiguille est introduite dans une articulation, soit pour évacuer du liquide, soit pour y injecter des médicaments.

Deux options thérapeutiques sont ensuite envisageables : la chirurgie ou le traitement conservateur. Ce dernier revient à prescrire du repos, des séances de physiothérapie et des antalgiques pour soulager les douleurs. Il est important de savoir que ce traitement ne donne satisfaction que dans 50 % des cas, raison pour laquelle il est réservé aux patients qui ne bougent pas beaucoup et qui ont peu d’ambitions en matière d’activité physique. En comparaison, les patients opérés retrouvent une meilleure stabilité du genou.

Le traitement chirurgical peut normalement être effectué dans les semaines qui suivent la déchirure, dès que la personne est à nouveau capable de marcher sans boiter. Dans les cas de lésions graves, il arrive qu’elle soit pratiquée en urgence. Une rééducation doit de toute façon avoir lieu aussi vite que possible.

L’opération consiste à reconstruire le ligament à partir d'un autre tendon* Partie du muscle en forme de cordon qui relie le muscle à l’os (autogreffe ou tendon prélevé sur un donneur décédé).

Évolution et complications possibles

Si le ligament croisé antérieur du genou (LCA) n’est pas déchiré, mais simplement distendu, la personne guérit habituellement en l’espace de deux semaines. En revanche, en cas de déchirure partielle ou complète nécessitant un traitement chirurgical, il faut compter un à deux jours d’hospitalisation, plus quatre mois de rééducation avec des séances de physiothérapie. Le délai à partir duquel il est possible de reprendre l’activité physique antérieure, professionnelle ou sportive, varie au cas par cas.

L’importance de la déchirure et les éventuels dégâts associés à l’intérieur de l’articulation influent évidemment le pronostic. La blessure est susceptible d’entraîner une instabilité chronique, une déchirure du cartilage*Tissu conjonctif qui se trouve à la jonction de nombreuses pièces osseuses du squelette et qui amortit les chocs dus aux mouvements situé entre le fémur et le tibia (ménisque) et une usure précoce de l’articulation aboutissant potentiellement à une arthrose*Détérioration du cartilage articulaire au niveau de l'articulation.

Prévention de la rupture du ligament croisé antérieur du genou (LCA)

Bien préparer sa musculature avant de se lancer dans une activité sportive est essentiel. Il existe des exercices de renforcement spécifiques pour chaque groupe de muscles. De plus, il convient de bien se faire conseiller pour l’achat du matériel et de l’équipement. Il convient également d’apprendre les bons gestes dans les sports qui requièrent une habileté technique. On conseille toutefois de privilégier les disciplines qui ménagent les articulations (p.ex. vélo et aquafit).

Quand contacter le médecin ?

Si, au moment d’un choc ou d’une chute, vous entendez un craquement dans votre genou, avec presque immédiatement une douleur telle que vous ne pouvez plus prendre appui sur votre jambe du côté de l’articulation touchée, et que vous avez l’impression que votre genou se dérobe, il y a de fortes probabilités pour que ce soit une lésion ligamentaire.

Prise en charge à l’Hôpital de La Tour

Le plus souvent, un examen clinique du genou suffit pour conclure à une rupture du ligament croisé antérieur (LCA). Une radiographie*Technique d’imagerie médicale qui utilise les rayons X afin d’obtenir des images des différentes parties du corps standard permet de confirmer le diagnostic et de préciser la nature exacte des lésions. Ce diagnostic sera effectué par un médecin du sport ou un chirurgien du genou. Dans certains cas, et notamment en cas de suspicion d’atteinte du ménisque ou des os du genou, on peut effectuer en complément une imagerie par résonance magnétique (IRM)* Technique d'imagerie médicale permettant d'obtenir des vues en deux ou en trois dimensions de l'intérieur du corps ou une tomodensitométrie (TDM)*Technique d’imagerie médicale qui permet d’obtenir une reconstitution en 3D des différents organes du corps.
L’IRM est une technique qui utilise des ondes magnétiques et radioélectriques pour fournir des clichés des tissus en 3D. Quant à la tomodensitométrie (TDM), il s’agit en fait d’un scanner (également appelé CT-scan) qui permet également d’obtenir des images en coupe d’une structure anatomique, grâce à un faisceau de rayons X et d’un système informatique. 

Le chiffre

Chaque année, en Suisse, près de 4’400 personnes sont victimes d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou.

Le saviez-vous ?

L’articulation du genou comprend quatre ligaments principaux pour assurer sa mobilité et sa stabilité : deux ligaments croisés antérieurs (LCA) et deux ligaments croisés postérieurs (LCP). Un ligament est une petite bande de tissu conjonctif qui relie deux os entre eux dans une même articulation.
 

Notre équipe:

Il est recommandé de consulter le(s) professionnel(s) de la santé suivant(s) :