Prendre soin de vous comme si c'était nous.
Actualité

Le sport durant la grossesse: une stratégie préventive efficace

Publié le 01.02.22
Les physiothérapeutes en collaboration avec l’équipe Santé & performance de l'Hôpital de La Tour proposent un encadrement professionnel de l'activité physique durant la grossesse.

En effet, les bienfaits de l'exercice physique sur la santé et le risque cardio-métabolique ne sont plus à démontrer. Toutefois, les données de l'Office fédéral de la statistique montrent qu'environ un quart des femmes en âge de procréer ne sont pas suffisamment actives. De plus, par crainte de complications, nombreuses sont celles qui réduisent leur taux d'activité physique durant leur grossesse. Et pourtant, lorsque qu'elle est pratiquée dans le respect de certaines précautions, l'activité physique est sécuritaire durant la grossesse et réduit significativement le risque de complications.

L'exercice physique anténatal réduit le risque obstétrical

Reprenant les recommandations américaines éditées pour la population générale, les bienfaits d'une activité physique d'endurance d'intensité modérée au moins 150 minutes par semaine ont été étudiés durant la grossesse. 

Les données publiées montrent que l'activité physique est sécuritaire durant la grossesse. L'exercice anténatal n'est pas associé à une augmentation du risque de fausses-couches (10 RCTs, n=2248), ni de prématurité (27 RCTs, n=5283) ou de petits poids de naissance, (10RCTs, n=1262).

De plus, de récentes méta-analyses montrent que l'exercice physique anténatal est bénéfique et réduit significativement le risque d'hypertension gestationnelle (39%, 22 RCTs, n=5316) et de pré-éclampsie (41%, 16 études, n=3401).  

Sur le plan métabolique, on observe également une réduction du diabète gestationnel (38%, 26 RCT, n=6934), la prise pondérale excessive durant la grossesse est limitée (32% (15 RCTs, n=3519) et le risque de macrosomie diminué (39%, 15 études, n=3670). 

Par ailleurs, l'exercice physique en grossesse améliore aussi le bien-être psychologique, en diminuant significativement les symptômes dépressifs et l'anxiété, et aide à réduire l'intensité des douleurs lombaires et pelviennes. 

Précautions et contre-indications

Afin de limiter le risque de blessure, la pratique sportive doit tenir compte des modifications anatomiques et physiologiques de la grossesse. A titre d'exemple, le déplacement du centre de gravité peut augmenter le risque de chute et l'assouplissement hormonal des tissus articulaires favorise le risque d'entorse. 

De manière générale, les activités sportives à haut risque de chute ou choc au niveau abdominal sont déconseillées. La prudence est également de mise pour les activités en altitude (> 2500m) ainsi que la plongée sous-marine. 

En cas de complications obstétricales, l'intensité de l'exercice physique doit faire l'objet d'une évaluation médicale. Les contre-indications absolues et relatives, éditées par les sociétés d'experts, peuvent guider la décision (JOGC 2019). 

Un programme adapté et individualisé

La grossesse est un moment idéal pour discuter de l'exercice physique avec nos patientes, que ce soit pour les conseiller sur leur activité sportive ou les encourager à en pratiquer une.

Les physiothérapeutes en collaboration avec l’équipe Santé&Performance de l'Hôpital de La Tour proposent un encadrement professionnel de l'activité physique durant la grossesse. L'Hôpital de La Tour inaugure dès ce printemps un programme innovant, adapté à tous les profils sportifs des femmes enceintes:  

  • Femmes enceintes actives et sportives: conseils et encadrement pour adapter les habitudes sportives au modifications anatomiques et physiologiques de la grossesse
  • Femmes enceintes en bonne santé: initiation et accompagnement pour atteindre progressivement les taux d'activité recommandé
  • Femmes enceintes avec problèmes de santé: l'activité physique encadrée par un professionnel et sur prescription médicale.  

Différentes activités sportives seront proposées tout au long du programme, notamment: aquagym, pilates, stretching, marche sportive sous forme d'un suivi à long terme (1 x par semaine – 1h par séance) ou de workshops mensuels (1h30 chaque mois). 

Dr med., MSc Agnès Ditisheim et Mme Aurélie Delacroix-Tarenne

Plus d’info : Programmes sport&grossesse 

Références

1. Davenport MH, Ruchat S-M, Poitras VJ, et al. Prenatal exercise for the prevention of
gestational diabetes mellitus and hypertensive disorders of pregnancy: a systematic
review and meta-analysis. Br J Sports Med 2018;52:1367–75.

2. Kusuyama J, Alves-Wagner AB, Makarewicz NS, Goodyear LJ. Effects of maternal and paternal exercise on offspring metabolism. Nat Metab. 2020 Sep;2(9):858-872. doi: 10.1038/s42255-020-00274-7. Epub 2020 Sep 14. PMID: 32929233; PMCID: PMC7643050.

3. Davenport MH, McCurdy AP, Mottola MF, et al. Impact of prenatal exercise on both
prenatal and postnatal anxiety and depressive symptoms: a systematic review and
meta-analysis. Br J Sports Med 2018;52:1376–85.

4. Bø K, Artal R, Barakat R, et al., Exercise and pregnancy in recreational and elite athletes: 2016 evidence summary from the IOC expert group meeting, Lausanne. Part 1-exercise in women planning pregnancy and those who are pregnant. Br J Sports Med. 2016 May;50(10):571-89. doi: 10.1136/bjsports-2016-096218. PMID: 27127296.

5. Davenport MH, Kathol AJ, Mottola MF, et al. Prenatal exercise is not associated with
fetal mortality: a systematic review and meta-analysis. Br J Sports Med 2018. [Epub
ahead of print].