Construire avec vous la santé de demain.
07.01.20

Gastro-entérite ou intoxication alimentaire : comment les reconnaître ?

Médecine générale
Maux de ventres, vomissements, diarrhées, nausées, voire fièvre dans certains cas, les symptômes de la gastro-entérite et de l’intoxication alimentaire sont bien connus et redoutés, mais viennent de sources différentes. Alors, gastro, intoxication alimentaire, grippe intestinale, quelle différence, et doit-on les traiter différemment ? On fait le point.

Différents noms pour un même résultat

De manière large, le terme de gastro-entérite désigne les infections du tube digestif, le plus souvent de l’intestin grêle, provoquées par des bactéries, virus, parasites ou toxiques (champignons). Le terme de grippe intestinale que l’on rencontre également est simplement une autre appellation de la gastro-entérite et n’a en réalité rien à voir avec la grippe, dont elle ne se rapproche que par certains de ses symptômes (température, courbatures).

Comment savoir ce que j’ai ?

Généralement d’origine bactérienne, l’intoxication alimentaire est causée par un aliment contaminé. Le plus fréquemment, particulièrement lorsqu’elle est due à un staphylocoque ou une salmonelle, elle se déclenche dans les heures qui suivent la consommation de l’aliment incriminé en raison des toxines libérées par les bactéries.  
Les gastro-entérites virales se déclenchent en règle générale entre 6 et 48h après un contact direct ou indirect avec un virus, le plus souvent le norovirus chez l’adulte ou le rotavirus chez l’enfant. Fortement contagieuse, il n’y a pas réellement de traitement miracle contre cette infection. Il faut généralement attendre la disparition spontanée des symptômes, après environ 2 jours dans la plupart des cas.
Différencier intoxication et gastro-entérite reste extrêmement difficile. C’est probablement la rapidité du début des premiers symptômes, soit une heure post-ingestion, qui parle le plus souvent pour une intoxication, soupçon renforcé par l’atteinte de plusieurs personnes en même temps. Seule la culture des liquides gastro-intestinaux permet de dire si l’origine est virale ou bactérienne.
L’histoire des patients est également primordiale, à savoir la notion de contage dans l’entourage ainsi que les aliments ingérés.

Comment traiter la maladie ?

Les enfants en bas âge et les personnes âgées sont particulièrement à risques de de complications comme la déshydratation lors de symptômes aigus et nécessitent un avis médical rapide.
La présence de sang dans les selles ou une fièvre élevée doivent également vous amener à consulter un médecin.
En cas de consommation de champignons, il est impératif de consulter au plus vite car la présence de centaines toxines peut être mortelle. 
La présence de symptômes modérés, soit quelques épisodes de vomissements avec une fréquence de diarrhées n’excédant pas plus de 10 par 24 heures, peut se gérer à domicile en surveillant son hydratation et son alimentation. Buvez beaucoup de liquides, privilégiez les féculents comme le riz évitez les produits laitiers, la viande, les plats épicés, le sucre ou le gras.

Comment ne pas l’attraper ?

Si l’on ne peut totalement éviter la gastro-entérite, une bonne hygiène vous évitera bien des désagréments. Lavez-vous correctement et régulièrement les mains, en pensant à bien frotter sur les deux faces et entre les doigts, et n’hésitez pas à utiliser du gel hydro-alcoolique entre deux lavages. Changez régulièrement vos draps, évitez de partager couverts et serviettes et soyez prudents pendant la préparation des repas.  Désinfectez également les sanitaires après chaque passage.