Construire avec vous la santé de demain.
25.08.21

Quelle est la fiabilité de ces applications qui scannent notre alimentation ?

Nutrition

A l’ère de la digitalisation, notre smartphone s’invite désormais aussi dans notre assiette. En effet, depuis quelques années de nombreuses applications ont été développées afin d’aider les consommateurs dans leurs choix de produits. Ces applications répondent à un réel besoin des consommateurs de connaitre ce qu’il se trouve dans leurs paniers de courses. Yuka, application la plus connue, s’est même hissée dans le top 10 des applications en 2018. En un simple geste, nous pouvons désormais connaitre la qualité nutritionnelle d’un aliment. Il suffit de scanner l’étiquette de l’article avec l’application ! Ainsi, nous découvrons le score et le code couleur attribué à celui-ci. Le côté ludique et simple de ces applications en a ravi plus d’un. Cependant, certains remettent en doute la fiabilité de telles applications. Certains aliments, bien qu’ils soient trop gras ou trop salés, sont tout de même vitaux. Faisons le point avec le responsable du service nutrition de l’Hôpital de La Tour

Yuka ainsi que les autres applications du même type sont-elles la solution pour remédier à une mauvaise alimentation ?

Non ! Malheureusement, cela reste beaucoup trop simpliste. Lorsque l’on parle d’équilibre alimentaire, il faut intégrer d’autres dimensions telles que les fréquences de consommations, les aspects quantitatifs et la notion de plaisir. 

De plus, ces types d’outils devraient même être déconseillés chez les adeptes de l’hyper contrôle, car ils renforcent les comportements alimentaires déviants.

Est-ce le seul moyen afin d’avoir une alimentation plus équilibrée ?

Pallier le manque de connaissances diététiques par une application est un peu illusoire. Le bon sens, est un très bon moyen ! Bien que les notions d’équilibre alimentaire soient universelles, il faudrait des outils qui intègrent la saisonnalité, l’impact écologique des habitudes alimentaires ainsi que la notion de plaisir. 

Changer les comportements alimentaires est peut-être le vrai challenge, ce type d’application n’y contribue pas grandement…
 

Quelles sont les limites de ce modèle, est-ce suffisant pour juger la qualité nutritionnelle d’un produit ?

Si nous parlons de l’application la plus populaire, Yuka, les manques les plus criants de cette application seraient :

  • La quantité de graisses totales non mentionnée
  • Pas de précision sur la nature des sucres
  • Pas de liste d’ingrédients
  • Aucune visibilité sur les vitamines et minéraux
  • Des apports caloriques non évalués par rapport aux quantités réellement consommées
  • Des informations sur les additifs pas toujours fiables
  • Le degré de transformation des aliments non pris en compte

Quels sont les risques d’une alimentation constituée majoritairement de produits ayant un mauvais score (mauvaise qualité nutritionnelle et beaucoup d’additifs) ? 

Les impacts de la malbouffe sont multiples : 

  • Les maladies cardiovasculaires
  • L’obésité 
  • Le diabète 
  • Et même le cancer 
  • Il semblerait que même le cerveau soit rapidement impacté par la malbouffe

Qu’est-ce que de telles applications ne nous disent pas sur notre alimentation ?

Les données scientifiques qui définissent la notion d’équilibre alimentaire ne sont pas très solides scientifiquement, ces notions sont influencées depuis des décennies par les lobbys agro-alimentaire. De plus les connaissances nutritionnelles sont en constants remodelages, car nous n’avons qu’une vue parcellaire des interactions entre notre alimentation et notre santé, mais aussi alimentation et microbiote, impact des aliments ultra transformés et impact des additifs. Nous sommes souvent face à des croyances plutôt que des connaissances scientifiques. Donc les vérités d’aujourd’hui ne sont pas celles de demain.

Ces applications vont-elles faire perdre à la population son « bon sens nutritionnel »?

Dis-moi ce que tu manges, je te dirais qui tu es ! Nos habitudes alimentaires nous définissent assez bien, et, culturellement parlant, nous devrions redonner de la valeur aux aliments, au rituel des repas, aux notions de saisons en soulignant l’importance de consacrer du temps à cuisiner des bons aliments, qui sont issus d’une agriculture raisonnée, de proximité. Réfléchir à nos actes et à l’impact environnemental de nos habitudes alimentaires. Dans ce contexte des applications bien pensées peuvent être une aide ponctuelle dans une stratégie plus large.

Quels seraient donc les autres moyens de vérifier si notre alimentation est de bonne qualité au niveau nutritionnel ?

Prendre rendez-vous chez un diététicien(ne) et faire un bilan des habitudes alimentaires ! Cela ne prendra que 60 minutes de votre temps ! 

 

Raffi Maghdessian, responsable du service nutrition de l’Hôpital de La Tour