Construire avec vous la santé de demain.
14.09.21

Reprendre le travail et continuer d'allaiter

Maternité
Les consultations en allaitement permettent aux jeunes mères de recevoir des conseils pour concilier au mieux la reprise du travail et l’allaitement.

La consultante en allaitement reçoit les jeunes mères afin de les accompagner dans la reprise de leur activité professionnelle. Allaiter en travaillant, c’est possible. 
L’OMS recommande le lait maternel pour l’enfant au moins jusqu’à ses 6 mois. Pourtant de nombreuses femmes reprennent une activité professionnelle alors que leur bébé est seulement âgé de 4 mois. Comment continuer à allaiter son enfant, malgré ce changement ? À quoi faut-il faire attention ? Les consultations en allaitement de la Maternité de l’Hôpital de La Tour proposent des conseils à partir de la mise en place de l’allaitement jusqu’au sevrage.

 

Tirer son lait et entretenir la lactation
Pour pouvoir retourner au travail tout en continuant de donner du lait maternel à son enfant, le lait doit être tiré. « Je conseille l’utilisation d’un tire-lait électrique plutôt que manuel, détaille Christine Billard, consultante en allaitement à l’Hôpital de La Tour. Et pour continuer d’entretenir la lactation, la femme veillera à mettre son enfant encore plus souvent au sein les jours où elle ne travaille pas. »
Pour les femmes qui ont beaucoup de lait, il est également possible de faire des réserves. Le lait se conserve durant six mois au congélateur. La première tétée du matin est la plus riche, c’est d’ailleurs celle qui sera supprimée en dernier, au moment du sevrage. Il est ainsi conseillé de donner le sein à l’enfant le matin, avant son départ au travail. 


Anticiper, la clé d’un retour au travail apaisé 
Pour recommencer le travail le plus sereinement possible, il est avantageux que le bébé se familiarise avec le biberon. « Il est primordial que le premier biberon donné à l’enfant contienne du lait maternel et qu’il soit donné par un tiers. Le plus tôt possible est le mieux, mais je conseillerai de commencer au plus tard trois semaines avant la reprise.» 
Au travail, il est important de pouvoir s’aménager un espace à l’écart et agréable pour pouvoir tirer son lait. Il est recommandé d’en discuter au préalable avec son employeur pour trouver une solution idéale. « Il faut avoir la possibilité de tirer son lait deux à trois fois par jour sur son lieu de travail, précise Christine Billard. Pour la lactation le facteur psychologique est capital, il est nécessaire de se sentir à l’aise pour parvenir à récolter son lait. ». Si vous ne disposez pas d’un endroit calme pour allaiter votre enfant, vous trouverez ici plusieurs lieux dédiés.
Il est primordial que la jeune mère se sente à l’aise avec l’allaitement et il arrive que la reprise du travail s’accompagne d’une diminution, voire d’un arrêt de la lactation. « Mon rôle est d’aider les femmes qui veulent allaiter à le faire, mais ça ne doit pas être une obligation. Je suis aussi là pour soutenir les femmes qui souhaitent passer au lait artificiel. Le sevrage peut se faire petit à petit, à l’aide d’infusions telles que la menthe ou la sauge qui participent à la diminution de la lactation, et si cela ne fonctionne pas, il est également possible de prendre des médicaments. »  

 

La consultante en allaitement reçoit les femmes qui en ont besoin sur rendez-vous, les lundis et jeudis de 7h à 15h, ou par téléphone : Tél. +41 22 719 66 35