Construire avec vous la santé de demain.
09.02.21

Comment maintenir un rythme d'entraînement lorsqu'on est blessé ?

Sport
Lorsque l’on pratique une activité physique, il arrive parfois que l’on se blesse. En course à pied par exemple un coureur sur trois est amené à se blesser chaque année. Que devrions-nous faire lorsque cela se produit ? Prendre le risque de continuer à s’entraîner à un rythme plus modéré ? S’arrêter complètement ?

N.B : on parlera ici de blessures musculaires, tendineuses, ligamentaires, osseuses ou articulaires ; les traumatismes crâniens et commotions cérébrales ne sont pas considérés dans cet article. Ce genre d’accidents n’est pas à prendre à la légère et demande une consultation médicale immédiate !

Peut-on s’entraîner avec une blessure ?

Cela dépendra de la gravité de celle-ci. Il existe différents types et degrés de blessures, mais sans trop entrer dans les détails voici quelques nuances importantes :

  • la blessure vous tient éloigné moins de 3 jours, elle est bénigne
  • la blessure vous oblige à stopper votre activité 3 à 7 jours, on parle d’une blessure d’importance moyenne
  • vous devez vous arrêter plus de 3 semaines, on parle alors de blessure sévère

De manière générale, il y a donc de fortes chances que vous deviez arrêter quelque temps votre activité sportive, plus ou moins longtemps en fonction de la gravité de votre blessure. Il est toutefois possible, et ce assez rapidement, d’adapter l’entraînement et de travailler les parties du corps qui ne sont pas handicapées par la blessure. On parle alors d’entrainement alternatif, par exemple; quand une séance de course à pied peut être faite dans l’eau ou sur un vélo pour éviter les impacts. Les effets de l’entraînement sont souvent proches de l’activité de prédilection et permettent de rester actif et de garder son niveau de performance. Un travail de renforcement musculaire, de gainage ou de souplesse peut également rapidement être intégré et maintenu.

Puis-je entraîner d’autres parties de mon corps ?

Dans la plupart des cas oui, sauf en cas de blessures très graves et de traumatisme crânien notamment. En règle générale, l’inactivité physique n’est jamais conseillée: tout ce qui ne provoque pas de douleurs et d’impacts négatifs sur la blessure concernée peut être fait. 

Mon régime alimentaire doit-il être adapté ?

La récupération suite à une blessure étant un processus anabolique (les tissus doivent se reconstruire), l’apport nutritionnel tant au niveau qualitatif que quantitatif est donc très important. En effet, pour que la régénération des tissus se passe au mieux, le métabolisme doit être en balance énergétique positive ; les apports nutritionnels doivent donc être légèrement supérieurs aux besoins. Pour se régénérer, les tissus ont également besoin de matière, dont des protéines qui en sont l’élément constructeur principal. 

Dois-je être suivi par un physiothérapeute si je veux continuer mon entraînement ? 

Cela va dépendre de la gravité de votre blessure. Dans le cas d’une blessure d’importance moyenne ou sévère, la réponse est oui. Le physiothérapeute saura vous guider vers une guérison complète et dans les temps, tout en vous donnant un cadre dans lequel vous pourrez continuer à vous entraîner.

Conclusion 

Les blessures font partie intégrante de la vie d’un sportif. Pour autant, elles ne signifient pas l’arrêt complet de l’activité physique. Au contraire, elles peuvent parfois être un mal pour un bien, en accordant un peu de repos à notre corps, qui est parfois trop sollicité. On peut aussi en profiter pour travailler ses points faibles, et parfois même découvrir un nouveau sport et une nouvelle passion. Nous vous rappelons que l’équipe Santé et performance de l’Hôpital de La Tour se tient à votre disposition si vous souhaitez vous faire conseiller et guider, afin de rester actif malgré la blessure. 

Ellen Sprunger, coordinatrice santé & performance